Exposition de bonsaïs - Maison Saint-Louis, 35 rue de la Fabrique - 24 et 25 août de 11 h à 16 h

L’art du BONSAÏ

L’art du bonsaï est l’un des plus grands arts car c’est un art vivant, dynamique et jamais

terminé. Un bonsaï, suivant la forme qu’il a ou qu’on lui a donnée, exprime sérénité,

force, tristesse, ou tout autre état d’âme. Cet art est originaire de Chine. Des moines

bouddhistes initièrent les Japonais à cet art.

Parmi toutes les questions les plus souvent posées, il y a celles-ci :

Quel est l’âge de ce bonsaï?

Tout d’abord, il faut considérer deux façons de calculer son âge.

Primo : Est-ce depuis que l’arbre existe, à partir de sa semence ou à partir d’une

bouture?

Secondo : Est-ce à partir du moment où il a été formé en bonsaï, par différentes

techniques?

Les deux manières de calculer sont employées, ce qui crée parfois de la confusion.

L’âge d’un bonsaï n’est pas un critère de beauté en soi. Un vieux bonsaï peut-être

impressionnant pour son âge mais manquer de formation. Par contre un jeune bonsaï

peut déjà être prometteur par sa forme naturelle.

En général, les années permettent à son créateur d’améliorer ses critères de beauté,

comme l’étalement des branches, la conicité du tronc et la position des racines. Cela

prendra du temps, de la patience, de la persévérance… des années.

 

Quels sont les arbres qui se prêtent le mieux à la formation d’un bonsaï ?

Un bonsaï est un arbre nanifié par différentes techniques.

Plusieurs variétés se prêtent bien à cette nanification comme par exemple, le mélèze,

le genévrier et le cèdre.

 

Que fait-on en hiver avec les bonsaï?

Il y a des bonsaïs tropicaux et des bonsaïs rustiques.

Les tropicaux doivent prendre place à l’intérieur.

Pour ce qui est des rustiques, on doit les laisser à l’extérieur au sol, de préférence

couvert d’une toile géotextile.

 

Dès son jeune âge, Conrad Bouvier prenait plaisir à parcourir la forêt paternelle avec son père qui lui

enseignait le nom des arbres et de leur utilité. À cet amour des arbres s’ajoutèrent les randonnées

en montagnes qui lui firent découvrir, aux sommets de celles-ci, des arbres nanifiés par l’altitude et

les vents. Les images enregistrées de ces petits arbres devaient, des années plus tard, lui inspirer ses

créations de paysages composés de roches et de végétaux.

 

Monsieur Conrad Bouvier, biographie

C’est lors des Floralies de Montréal, en 1980, qu’il fut fasciné par les bonsaïs présentés par le Japon.

Quelques années plus tard, son épouse lui donna en cadeau, à l’occasion de son anniversaire, un

bonsaï. Ignorant l’ABC de cet art, une suite de circonstances lui permirent de connaître David Eastebrook, conservateur de la

collection de bonsaï du Jardin Botanique de Montréal, qui fut pour lui un maître.

Après des années d’expériences dans la création de bonsaï et de visites de grandes collections, tant ici qu’au Japon et dans plusieurs

autres pays, il partagea ses connaissances avec des membres de la Société de Bonsaï de Montréal en donnant des cours durant

plusieurs années. En plus d’enseigner, il fut membre du CA de La Société et président quelques années. Aujourd’hui retraité, il aime

encore passer plusieurs moments à entretenir sa collection et partager encore sa passion avec les amoureux des bonsaïs.

Date affiché: 
23 Août 2013
CITOYENS     ACTIVITÉS     INVESTISSEURS     PORTRAIT  
Offres d'emploi Plan du site URGENCE Pour nous joindre Administrer
Copyright - Tous droits réservés 2011