Montée de la Baronnie : nouvelle route dédiée au transport lourd

Voici une correspondance transmise par le conseil municipal en lien avec le projet de la route dédiée au transport lourd.

 

Aux résidents
Du boulevard Marie-Victorin (secteur est)
De la montée de la Baronnie
Du chemin de la Baronnie
Du chemin de la Côte-Bissonnette

Objet : Montée de la Baronnie : nouvelle route dédiée au transport lourd Varennes

Madame,
Monsieur, 

Pour faire suite à la rencontre du 15 mars dernier que nous avons organisée en lien avec l’objet de la présente, le conseil municipal s’est engagé à vous transmettre cette correspondance afin d’exposer les motifs reliés à la décision de reconstruire la montée de la Baronnie pour y transférer le transport lourd circulant par le centre-ville et sur la montée de Picardie entre l’autoroute 30 et la route 132.

Depuis 2010, votre conseil municipal déploie beaucoup d’efforts pour redévelopper l’ancien secteur à vocation chimique afin d’y favoriser l’implantation de nouvelles entreprises qui stimuleront l’économie et l’emploi local.  À cet égard, nous avons pris l’engagement d’investir dans les infrastructures qui permettront le développement harmonieux de ce secteur dans un horizon étalé sur vingt ans. La reconstruction de la montée de la Baronnie fait ainsi partie de la liste des infrastructures de première importance à réaliser afin d’amorcer les phases de remise en valeur de ce secteur. 

Pour s’adapter au déclin de l’industrie pétrochimique, la Ville mise sur l’implantation d’entreprises à vocation industrielle ou commerciale ainsi que celles susceptibles de produire des énergies nouvelles. Le développement de technologies de transformation pour la production d’éthanol de deuxième génération, la thermochimie, et une usine de biométhanisation seront en opération d’ici les deux prochaines années. Le site de l’ancienne industrie Basell, récemment acquis par la compagnie Divco, est en voie d’accueillir plusieurs nouvelles entreprises.

Il va sans dire que le développement industriel de ces espaces génèrera des impacts importants sur le transport lourd. En effet, le redéveloppement des terrains vacants de l’ancienne raffinerie Pétromont, la croissance annoncée des activités portuaires et l’implantation d’un pôle logistique de transport à Contrecoeur accroîtront assurément le volume de transport lourd dans ce secteur. La mise en service de l’usine de biométhanisation engendrera à elle seule l’ajout de plus de 8 400 déplacements routiers additionnels annuellement.

Au cours des dernières années, la Ville et le ministère des Transports ont procédé à différentes études afin d’analyser les solutions possibles à cette problématique. Toutes les recommandations convergent vers la reconstruction de la montée de la Baronnie. Cette route constitue le lien privilégié entre l’autoroute 30 et la route 132, dans le but de déplacer de façon sécuritaire les véhicules lourds à l’extérieur du périmètre urbain et du centre-ville.

Outre la problématique du transport lourd, l’ensemble de la chaussée actuelle de la montée de la Baronnie est entièrement à refaire considérant son état de dégradation avancé qui présente un danger réel pour les usagers. Nonobstant le projet de route dédiée au transport lourd, la Ville devrait, à courte échéance, investir des sommes importantes pour la réfection de la montée de la Baronnie. Dans le cadre d’un projet se limitant à la réparation de l’infrastructure actuelle, les coûts de réfection seraient supérieurs à 2 M$. Ce montant serait assumé entièrement par la Ville sans possibilité de subventions gouvernementales. De plus, cette réparation ne corrigerait pas les lacunes de la montée actuelle (courbes dangereuses, étroitesses, etc.).

Le conseil municipal de Varennes est favorable au redéveloppement de l’ancienne zone du parc chimique à des fins industrielles et commerciales. Dans sa Stratégie maritime, le gouvernement du Québec a récemment annoncé que ce secteur de Varennes est reconnu comme étant une Zone Industrialo-Portuaire. La localisation à proximité d’un port commercial (celui de Contrecoeur) représente un réel avantage comparatif qui bénéficiera aux entreprises du secteur manufacturier. À cet effet, le gouvernement soutiendra financièrement des projets d’infrastructures et de décontamination de terrains.

La sécurité des citoyens, une priorité 

La problématique liée au transport lourd transitant à l’intérieur du périmètre urbain est connue depuis longtemps. Plusieurs études effectuées pour la Ville de Varennes ou le ministère des Transports du Québec ont permis d’identifier les solutions nécessaires pour répondre aux préoccupations de la communauté.

En 2006, la Ville, de concert avec le ministère des Transports a mandaté la firme Génivar afin d’étudier la problématique du camionnage, du volume de transport lourd et du transit de matières dangereuses sur le territoire de Varennes. 

Dans son rapport, Génivar résumait la problématique ainsi :

« Dans le cadre de l’étude des besoins, la problématique liée aux mouvements de camionnage sur le territoire de la Ville a été explorée. Plusieurs constats intéressants sont ressortis de cette enquête qui oriente la problématique au camionnage. D’abord, la grande majorité des déplacements de marchandise origine ou se destine au parc chimique. Les déplacements de camions entre le parc chimique et l’extérieur de la ville doivent donc nécessairement emprunter un parcours via le boulevard Marie-Victorin (route 132) ou la montée de Picardie. En ajoutant au fait que les matières dangereuses constituent la majorité des déplacements de camions dans ce secteur, il est aisé de comprendre l’insatisfaction de la population à voir autant de camions lourds, dont de nombreuses citernes, se déplacer près des secteurs résidentiels. Par ailleurs, la population s’est plainte à plusieurs reprises des nuisances créées par le passage des nombreux camions sur la montée de Picardie ainsi que du sentiment d’insécurité créé par la rencontre fréquente d’un camion sur la montée de Picardie et dans le centre-ville de Varennes, principalement en relation avec le transport de matières dangereuses. 

Deux objectifs opérationnels identifiés à l’étude des besoins découlent de cette problématique : 

  • Réduire les nuisances, principalement celles générées par le bruit des camions pour les riverains de la montée de la Picardie ;
  • Réduire les risques associés au transport des matières dangereuses en l’éloignant des zones habitées ou par toute autre méthode. 

On peut également ajouter qu’une intervention permettant de mieux gérer le camionnage sur le territoire de Varennes permettrait de créer l’opportunité de réduire l’insécurité routière ressentie par les autres usagers du réseau, automobilistes et piétons ». 

Génivar recommandait à la Ville de Varennes et au ministère des Transports la reconfiguration de la montée de la Baronnie et d’interdire le camionnage de transit sur la route 132 au centre-ville de Varennes et sur la montée de Picardie.

Ces conclusions s’avèrent d’autant plus actuelles depuis la mise en œuvre de nouveaux projets tels que le Centre de traitement intégré des matières organiques par biométhanisation et compostage de la Société d’Économie Mixte de l’Est de la Couronne Sud (SÉMECS), l’usine de thermochimie, la Zone Industrialo-Portuaire et le redéveloppement des espaces vacants.

En complément d‘information, voici un tableau qui présente l’impact du débit du transport lourd sur la population dans un rayon d’un kilomètre.

Artères

Unités
de logements

Population estimée

Pourcentage
de la
population totale

Débit du trafic

Montée de Picardie

3 865

10 590

50 %

4000 véhicules/jour

Montée
de la Baronnie

80

220

0,01 %

395 véhicules/jour

 

Données actualisées en 2013 par la firme Coginac inc.

Mis à part le centre-ville, les données démontrent que la moitié de la population varennoise est présentement affectée par les nuisances et les risques liés au transport lourd sur le territoire. 

Échéancier du projet

Mai 2016 Octroi du contrat pour la reconstruction de la montée de la Baronnie.
Été 2016 Rencontre d’information avec les citoyens concernés
Juillet-août 2016 Première phase des travaux : réfection des ponceaux
et du passage à niveau
Printemps-été 2017 Seconde phase des travaux : Reconstruction de la montée de la
Baronnie et mise en place des éléments de mitigation 

Montage financier 

Le conseil municipal continue à faire les choses autrement afin de ne pas augmenter le compte de taxes des contribuables. Nous sommes au fait du contexte budgétaire et les finances publiques sont gérées avec la plus grande rigueur. Voici l’estimation des coûts liés à ce projet.

DESCRIPTION

MONTANT 2015

 

1- Coûts de construction

7 050 000 $

2- Honoraires professionnels

210 000 $

3- Imprévus (5 %)

360 000 $

4- Taxes – TPS, TVQ

380 000 $

   

Total des coûts du projet

8 000 000 $

Données actualisées pour 2015 – firme BPR 2007

Les partenaires au redéveloppement du parc chimique et les gouvernements supérieurs ont confirmé leur participation au financement de la reconstruction de la montée de la Baronnie. 

DESCRIPTION

% 

MONTANT 

Ville de Varennes – règlement 823

7 %

   550 000 $

Ville de Varennes – contribution du fonds des carrières

30 %

2 400 000 $ 

Entreprises privées – contribution SEMECS

25 %

2 000 000 $

Gouvernement fédéral – contribution programme Transport Canada

3 %

   220 000 $

Gouvernement fédéral – contribution programme TPMOBC

15 %

1 200 000 $

Gouvernement provincial - contribution TECQ

15 %

1 200 000 $

Gouvernement provincial – contribution PIIRL

 

À venir

Total

95 %

7 570 000 $

Les sommes manquantes seraient puisées à même les surplus municipaux

Conclusion

Cette décision du conseil municipal de reconstruire la montée de la Baronnie pour y transférer le transport lourd constitue un engagement électoral ferme auprès des citoyens et nous en faisons une priorité. Vos élus sont confiants que le redéveloppement de cette zone industrielle se concrétisera au fil des prochaines années pour le bénéfice des générations futures, de l’économie, de l’emploi et des revenus pour la Ville.

L’implantation de nouvelles entreprises entraînera un impact important sur le transport lourd circulant sur le territoire. Beaucoup de déplacements routiers additionnels transitant à Varennes sont prévus annuellement avant la fin de la décennie.

Le conseil municipal demeure cependant ouvert aux alternatives additionnelles qui ont été proposées par les citoyens comme l’aménagement d’un boulevard industriel reliant la route 132 au chemin de la Baronnie, sans bien sûr remettre en question le projet de reconstruction de la montée de la Baronnie. La Ville a d’ailleurs acquis un terrain d’Hydro-Québec qui pourra éventuellement servir à la réalisation d’un tel boulevard.

À titre d’élus responsables, nous nous devons de déplacer les véhicules lourds à l’extérieur de la zone urbaine et du centre-ville. Nous sommes convaincus que cette nouvelle route dédiée au transport lourd constituera un projet exemplaire en matière de développement durable car elle desservira, en premier lieu, une entreprise œuvrant dans les technologies vertes.

Soyez assurés, Madame, Monsieur, que nous demeurons à votre entière disposition pour répondre à toute question relative à ce projet.

Nous vous prions d’accepter nos salutations cordiales et distinguées.

Le maire,                                                Les conseillers municipaux,

Martin Damphousse Marc-André Savaria
Lyne Beaulieu
Francis Rinfret
Denis Leblanc
Bruno Desjarlais
Natalie Parent
Gaétan Marcil
Brigitte Collin 

c.c. : Résidents des secteurs longeant la montée de Picardie

Date affiché: 
14 Avr 2016
CITOYENS     ACTIVITÉS     INVESTISSEURS     PORTRAIT  
Offres d'emploi Plan du site URGENCE Pour nous joindre Administrer
Copyright - Tous droits réservés 2011